19 octobre 2008

LE DUC D'EPERNON. ORDONNANCE DU DUC D'EPERNON.

Ducd_Epernon

Jean Louis de Nogaret de La Valette, Duc d'Epernon, qui ordonna la destruction du château et des défenses de Ceyreste.

200px_Jean_Louis_de_Nogaret_de_La_Valette

"Le Duc dEspernon, pair, colonel de France, gouverneur et lieutenant général pour le Roy en Prouvance,

Au cappitaine Ruffy, sallut.

Estant pour le bien du service de Sa Magesté de mettre res terre les lieux et bicocques de ceste Prouvance qui ne servent que de surchage au paix (pays) et desquelles l'ennemy se peult facillement emparer par praticques et intellignce pour d'autant troubler ses bons subietz voisins desdits lieux,

A quoy desirant de remédier et à plain conssiance de votre dilligance et expériance,

Vous avons commis et ordonné, commettons et ordonnons par ces présentes de tout incontinant e sans dllay vous transpourter au lieu de Sireste près de La Cieutat pour faire abbattre et mettre res terre le chasteau et barricaddes dudit lieu en façon que l'on n'y puysse plus loger pour faire la guerre sans notre expresse commission,

Et pour cest effaict, vous prendrés de pionoyés (pionniers) des lieux de Cuges, Cassis et Gémenos et La Ciotat avec des massons en tel nombre que sera requis et nécessaire,

Vous donnant de ce faire pouvoyr, autoritté et commission,

Mandons à tous subietz de Sa Magesté que de vous en ce faisant obéysse.

Fait à Sisteron le XVIIe febvier... (1593).(Le manuscrit original porte par erreur la date de 1543).

" Loys de la Valette; ainsin signé à l'original"

Archives communales de La Ciotat. EE 22

Posté par Temps passe à 16:27:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 juillet 2007

15 FEVRIER 1592.

plaque

1954placeDesHeroscollecionJJB

(collection JJB)

* Les guerres de Religion *

Durant plus de 30 ans, 8 guerres civiles entre les Catholiques et les Protestants se succèdent dans les royaumes de France et de Navarre, pour s'achever avec l'Edit de Nantes en 1598.

La nouvelle croyance énoncée par Calvin (en 1541, édition en français de l'Institution de la Religion chrétienne) connait un succès foudroyant. En 1560, la reine de Navarre annonce publiquement son adhésion à la religion calviniste. Le Sud-Ouest  est  gagné grâce à l'influence de la maison d'Albret et à celle des marchands protestants de La Rochelle. Au niveau du royaume de France, la population protestante représente environ 2 millions de personnes, soit 10% de la population.

1561 62 63-64-65-66 67 68-69 70-71 72 73-74 75 76 77 78 79 80-81-82-83-84 85-86-87-88-89-90-91-92-93 94-95-96-97 1598

Vers la fin de sa vie, Henri II fait allumer des bûchers contre les hérétiques. En 1561, des réformés s'attaquent aux églises (iconoclasme) ; en réponse, des catholiques provoquent des massacres à Cahors, Carcassonne,... Ne pouvant les concilier au colloque de Poissy, Catherine de Médicis accorde aux protestants, en janvier 1562, un édit de tolérance qui admet la coexistence de la religion catholique et de la religion protestante.


1ère guerre (1562-1563) : le 1er mars 1562, tuerie à Wassy par le duc de Guise de dizaines de huguenots. Cela est reproduit à  Cahors, Carcassonne, Agen,... Les protestants prennent les armes. Prise de Rouen (qui aurait pu être livrée aux Anglais) et victoire à la bataille de Dreux par le duc de Guise. Louis de Condé est capturé en décembre 1562. Suite à l'assassinat du duc François de Guise, la guerre se conclue en mars 1563 par le traité d'Amboise, qui entérine l'existence du protestantisme et des églises protestantes en France. Haut de page

S'appuyant sur le principe "tel prince, telle religion" qui règle l'Allemagne, Jeanne de Navarre installe en 1566 le protestantisme comme religion unique, prélats et prêtres catholiques étant chassés. Catherine de Médicis demande aux prêtres mariés de rompre leurs unions. Elle rencontre à Bayonne le duc d'Albe, conseiller du roi de la très catholique Espagne ; les protestants s'inquiètent. A Foix, les protestants tuent 120 catholiques. A Pamiers, Monluc fait massacrer 700 huguenots.


2ème guerre (1567-1568) : Les hommes du prince de Condé et de Coligny tentent de se saisir de la personne du roi de France, les Guises (duc de Montmorency) la reine de Navarre. En 1567, des huguenots égorgent 80 religieux et notables catholiques à Nîmes ("michelade"). Les catholiques sont vainqueurs à Saint Denis. Paix de Longjumeau, qui rétablit l'édit d'Amboise et où La Rochelle est reconnue comme place protestante. Haut de page

3ème guerre (1568-1570) : le Béarn est envahit, les huguenots sont battus à Jarnac (où est assassiné Louis de Condé) et à Moncontour (mort de 6000 protestants) ; les huguenots vainqueurs à la Roche-Abeille ravagent des villages, montent sur Paris et sont arrêtés. Nouvelle "michelade" à Nîmes. Le 29 juillet 1570, signature du traité de Saint-Germain-en-Laye (dite "Paix de la Reine") qui reprend le traité d'Amboise : la liberté du culte là où il était pratiqué, et octroi pour 2 ans 4 places de sûreté : La Rochelle, Cognac, Montauban, La Charité. Haut de page

La Rochelle, Montauban et Nîmes dessinent le "croissant fertile" du protestantisme en France.


4ème guerre (1572-1573) : En signe de conciliation, organisation du mariage de la catholique Marguerite de Valois avec le protestant Henri de Navarre en août 1572. Une tentative d'attentat sur Coligny engendre la colère des capitaines huguenots ; Catherine de Medicis ordonne de les tuer. Voyant là un signal, les Parisiens hostiles au mariage s'en prennent à toute la "vermine hérétique" : c'est le massacre de la Saint-Barthélémy le 2 août 1572 (au moins 2 à 3000 morts). Ce massacre est reproduit le 3 Octobre 1572 à Bordeaux, Toulouse, Gaillac,... (plusieurs milliers de morts). Sièges de La Rochelle et de Sancerre en 1573, qui se terminent par la paix de La Rochelle et l'Edit de Boulogne : les garnisons royales sont retirées de La Rochelle, Montauban, Nîmes. Haut de page

Se sentant menacés, des protestants quittent le royaume, d'autres se convertissent, d'autres résistent et prônent les Provinces-Unis du Midi sur le croissant La Rochelle-Montauban-Nîmes.


5ème guerre (1575-1576) : en 1575, le gouverneur du Languedoc Henry de Montmorency entre en dissidence pour devenir le chef des catholiques Malcontents, et est soutenu par la reine d'Angleterre et les princes allemands. Henri de Navarre,retenu au Louvre, s'enfuit. Le duc Henri de Guise est victorieux à Dormans. En mai 1576, signature du traité de Beaulieu (dit 'Paix de Monsieur") : liberté de culte et 8 places de sûreté.

Face à la montée en puissance des protestants, naissance de la Ligue, avec l'appui de l'Espagne. Les conflits politiques et de succession prennent le pas sur le conflit religieux.


6ème guerre (1577) : révocation de l'édit de Beaulieu à la demande du duc de Guise. Le béarnais Henri se soulève, prend Agen. Les catholiques prennent La Charité et Issoire. Paix de Bergerac (ou "paix du roi") confirmée par l'Edit de Poitiers, qui restreint les avantages accordés aux protestants par l'édit de Beaulieu : 2 places de sûreté, La Rochelle et Montpellier. Dissolution de la Ligue et de la Confédération protestante. Haut de page

7ème guerre (1579-1580) : guerre mesurée, surnommée "guerre des Amoureux", parce qu'elle fut l'effet des intrigues conduites par les femmes, à la cour de Henri de Navarre et à celle de Catherine de Medicis. Profitant des troubles, des bandes armées terrorisent les populations dans le Sud-Ouest. Henri de Navarre s'empare de Cahors. Convention du Fleix en 1580 qui confirme l'Edit de Nérac: 14 ou 15 places pour 6 ans. Haut de page

Signalons également le soutien de l'Angleterre protestante aux Huguenots par la façade atlantique ,
et de la très catholique Espagne à la Ligue par la chaîne pyrénéenne 


8ème guerre (1585-1594) : le traité de Nemours interdit la religion réformée. Henri III voit son armée écrasée par celle du Navarrais à Coutras en octobre 1587, mais il ne renie pas ce dernier comme son éventuel successeur. Ayant fait assassiner son rival le ligueur duc de Guise, Henri III fait appel au béarnais, et ensemble ils assiègent Paris. Après l'assassinat d'Henri III lors du siège en 1589, Henri de Navarre devient l'héritier du royaume de France. Après d'indécises batailles en province contre la Ligue, le futur Henri IV abjure le calvinisme en 1593 et rentre dans Paris en 1594. Haut de page

Le dernier ligueur, le duc de Mercoeur, allié aux Espagnols, se soumet début 1598.


Le 30 avril 1598, le roi signe l'Edit de Nantes : la liberté de culte est limitée aux villes où le service religieux protestant est déjà célébré, et des sommes sont allouées à l'entretien des ministres du culte calviniste, et à l'entretien des garnisons dans les places de sûreté laissées aux huguenots. En revanche, le catholicisme est proclamé "religion d'Etat". Parce qu'il octroie des garnisons et des places de sûreté, il sera longuement débattu par les parlements régionaux, mais cet Edit assurera la paix civile durant près d'un siècle.
Ne souhaitant pas d'"Etat dans l'Etat", Louis XIV le révoquera en 1685. Haut de page

Posté par Temps passe à 22:53:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2006

Représailles du Duc d'Epernon.

reproductionMontaged_apresUneGravureAllemandedelafinduXVIsiecle

Entrée des troupes du duc d'Epernon à Ceyreste en 1595. Ce montage a été réalisé d'après une gravure allemande de la fin du 16ème siècle. ( source Dictons du terroir de Ceyreste Raymond Mouchet).

L'histoire nous apprend, qu'à la fin des guerres de religions, des troupes favorables à Henri IV,  stationnant à Signes, venaient, piller le terroir de Ceyreste.

Pour se protéger des pillards, les ceyrestens, favorables à la ligue, demandèrent au Parlement d'Aix l'envoie d'une compagnie d'une cinquantaine d'hommes.  Ce même parlement avait choisi le parti des ligueurs contre Henri IV.( En 1593 Aix était assiégée par le Duc d'Epernon.)

Pour information, la ligue était une confédération catholique fondée en 1576 pour combattre l'Union fondée par les chefs calvinistes. Elle était dirigée par Henri de Guise.

En signe de représailles, ce même duc d'Epernon ( surnommé LOU MARRIT, Le Malfaisant depuis ses actes) , gouverneur de Provence (1592), ordonna la destruction du château et des défenses de Ceyreste.

Quelque deux années après, les troupes du Duc d'Epernon, incendièrent à nouveau le village et brulèrent toutes les archives de la communauté ceyrestenne.

Un dicton de cette époque dit :  A MAI FA DE MAU QUE PARNOUN.

" Cela a fait plus de mal que le Duc d'Epernon "

Epernon_1_

LeFameuxDucd_epernon

Le fameux Duc d'Epernon, Jean-Louis de Nogaret de La Valette (1554-1642). Il était un des favoris d'Henri III. Aprés l'assassinat d'Henri III survenu en 1589, il accepte difficilement la prise du pouvoir par Henri IV mais honorera ses fonctions jusqu'à la mort de ce dernier, poignardé par Ravaillac en 1610.

PhotographieMuseedel_Armee

Demi-armure du Duc d'Epernon. Fer gravé et doré, cuir. Haut : 90 cm. Larg : 70 cm. Inv G 108. Photographie : Musée de l'Armée. Paris.

Posté par Temps passe à 00:11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]